ASSOCIATION DUCHÊNE

Association des amateurs et des propriétaires de jardins, maisons et châteaux dessinés, construits ou restaurés par les architectes-paysagistes Henri (1841-1902) et Achille Duchêne (1866-1947)

 

HENRI DUCHÊNE

Eugène Henri Duchêne est né, à Lyon, en 1841.

En 1862, Henri Duchêne débute sa carrière en tant que « chef des études » au

Service des Promenades et Plantations de la ville de Paris où il travaille à la création de squares, jardins et parcs de la capitale.

 

Parallèlement à ses tâches dans l’administration, il crée et restaure des jardins privés, ce qui l’amène à quitter son emploi à la ville de Paris et à fonder sa propre agence dans les années 1880.

 

Ingénieur, architecte, paysagiste, Henri Duchêne collabore avec l’architecte Ernest Sanson qui lui donne accès à la haute société : grands industriels, membres de la noblesse française et européenne, banquiers deviennent ses clients.

 

 Les propriétaires d’hôtels particuliers à Paris et de grands domaines à la campagne, en France et à l’étranger, lui confient aussi bien la restauration, la reconstitution de leurs parcs historiques, la création ex nihilo de vastes jardins que la construction ou la rénovation de leur château, tant en France, en Belgique, qu'en Angleterre.

 

Henri Duchêne « se donne pour but, dès le début de sa carrière privée, de ramener l’art des Parcs et Jardins à l’architecture, c’est-à-dire au style français. 4»

 

Après l’aménagement de grands parcs paysagers comme à Chaumont-sur-Loire ou à La Jumellière, Henri Duchêne propose, en accord ses commanditaires, un véritable retour à la grande tradition des jardins français du XVIIe siècle, ceux de l’époque de Louis XIV liés à la figure emblématique d’André Le Nôtre. 

 

Henri Duchêne rétablit les parterres français de Champs-sur-Marne, crée ceux du jardin d’Albert Khan, dessine les parcs de Mennetou-Salon, Francport, Saint-Hubert, Millemont, Bois-Baudran, Condé sur-Iton, Gruuthuse (Belgique), crée les parcs et construit ou rénove les châteaux d’Anjou, Joyeux, Esher (Angleterre), Baudries (Belgique)… pour ne citer que quelques exemples.

 

Pour Henri Duchêne, un parc est « un véritable document du passé. Tous les éléments décoratifs du parc à la Française (grande perspective, terrasses, Perrons, bassins, broderies de buis, statues, vases, motifs de treillages, etc.) concourent à l’effet général et témoignent de l’influence que  M. Duchêne est arrivé à avoir sur le goût de ceux qui possèdent la grande propriété. 5» 

 

Cependant, cantonner les Duchêne à quelques parterres réguliers serait méconnaître leur œuvre et leur apport à l’art paysager. 

 

Le parc à la française, pour Henri et Achille Duchêne peut se composer, certes, de parterres réguliers mais ils ne seront qu’une simple partie dans un tout beaucoup plus vaste qu’est le parc arboré, aux multiples vues et effets de surprise, où tennis, piscine, ferme auront leur place.

 

 Il est difficile, aujourd’hui, d’apporter des précisions sur la datation exacte des chantiers et le rôle respectif d’Henri et d’Achille Duchêne dans la création des jardins ainsi que sur le fonctionnement de leur agence : C’est à quoi les recherches dans le cadre des Journées Henri et Achille Duchêne s’emploieront.